"Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?" (Lamartine)

e suis tombé amoureux d'elle, une nouvelle d'Alicia Castillo

 

 

Je suis tombé amoureux d'elle. C'était un soir d'hiver, la nuit venait d'arriver. Je me promenais dans les petites ruelles d'Orléans, lorsqu'au loin je vis une magnifique silhouette noire. Elle dégageait une élégance, une prestance et une beauté incomparables.
En l'espace d'une seconde, je me retrouvai face à elle, elle s'arrêta. Je n'osais m'approcher d'elle et la regarder de plus près, mais je la contemplais de là où j'étais.

Quelques instants plus tard, elle repartit et passa juste devant moi, je continuais de la fixer jusqu'à ce qu'elle disparaisse. Ne sachant plus quoi faire, je décidai de rentrer chez moi. Le chemin du retour me sembla particulièrement long, j'avais l'air perdu. Tout le long, le doux bruit qu'elle faisait quand elle avançait résonnait sans cesse dans ma tête, c'était tellement agréable.

Les jours avaient passé et je ne l'avais toujours pas revue. Chaque jour, je retournais à l'endroit où je l'avais vue pour la première fois... Hélas, elle n'était pas là.

Le 25 Décembre, mon vœu fut enfin exaucé. Alors que je me dirigeais vers la maison où habitent mes parents, je tombais face à elle. Cette fois, sans hésiter une seule seconde, je m'approchai d'elle. Mes yeux brillaient, je ne savais plus où donner de la tête. Je tournai autour d'elle, quand je vie une affiche posée à l'intérieur, ou l'on pouvait lire :
« Porsche 911, à VENDRE, téléphone : 06-88-19-99-02. »

 

 

 

 

 

a rencontre, une nouvelle de Hind Ben-Rais et Leïla Brada


Je m'en souviens comme si c'était hier. Je l'ai rencontré pour la première fois au cours d'un mariage oriental, quand je l'ai aperçu, ça a été comme un coup de foudre. La deuxième fois que je l'ai vu, c'était dans un restaurant maghrébin, il était devant moi, son parfum m'envoûtait. A son apparence et à la manière dont il s'est présenté, j'ai tout de suite compris qu'il venait de l'Afrique du Nord. Il était de couleur mate avec un teint orangé. Je le regardais fixement, il dégageait une chaleur conviviale. Dans ce restaurant, il était réputé comme le meilleur. Il m'a tellement séduite que je décidais de le ramener chez moi. Une nouvelle fois, tandis qu'il était devant moi, je le dévorai des yeux.

Je pris ma fourchette, le goûtai : ce tajine était vraiment délicieux.

 

 

 

 

ne troublante relation, une nouvelle de Glwadys Beya


Elle est très précieuse pour moi. Cela fait seize ans que j’entretiens une relation fusionnelle avec elle. Elle est ma vie, j’y tiens comme à la prunelle des mes yeux. Elle a été présente dans toutes les épreuves, dans le bon comme dans le mauvais. Sans elle, je ne sais où je serais.

Sa beauté inimitable m’illumine chaque jour. Sa voix mélodieuse rime avec ses formes plantureuses. Ses hanches si féminines s’adaptent parfaitement à mon corps et je peux la manier avec légèreté et élégance.

Quand je pose délicatement mes doigts sur elle, elle vibre intensément et me donne plaisir à continuer, accompagné d’autres hommes, aussi passionnés que moi et qui amènent leurs femmes assister joyeusement à cette somptueuse représentation.

J’aime me donner en spectacle avec elle, car elle, je l’aime. Elle est ma guitare acoustique.

 



 

e que fait ma femme…, une nouvelle de Naoufal El Hattab

 

Tous les matins, je l’observe accomplir le même rituel et rester au contact du feu pendant plusieurs minutes. Elle a l’air d’aimer ça, c’est devenu une habitude. Il y a beaucoup de différences entre nous, mais quand nous sommes ensemble, notre couple ne forme qu’un. Je l’attends souvent dans notre « nid douillet », quand elle revient, elle a une chaleur fiévreuse. Son amour me fait fondre. Les week-ends, elle me quitte plus tard, sans doute pour me laisser dormir un peu plus, mais j’attends avec impatience son retour pour que nous puissions fusionner.

Notre amour est vraiment fort de café quand nous nous retrouvons dans une petite tasse. 

 

 

 

 

eniale Partenaire Sensuelle, une nouvelle d'Emeline Goavec

 

La France, quel beau pays! Je me plais à visiter toutes ces magnifiques régions.

Mais pour voyager, où que j'aille, j'ai besoin qu'elle m'accompagne. Elle qui m'aide à me sentir moins seul sur la route. Elle est là pour me guider, pour me parler. Même si ses phrases ne sont pas très complètes, je l'écoute toujours avec autant d'attention.

Il m'arrive parfois de ne pas être d'accord avec elle, alors je m'énerve, je me fache même, mais elle ne m'en tient pas rigueur. Elle continue de me parler avec autant d'ammabilité et de calme, gardant toujours un excellent sens de l'orientation. Il n'y a que dans les tunnels que le silence s'installe entre nous.

Voilà maintenant presque deux ans que nous nous sommes rencontrés et pourtant elle me vouvoie toujours et,  en guise d'au revoir, me répète à chaque fois :

« Vous êtes arrivée à destination ! »

 

 

 

es sportives de haut niveau, une nouvelle d'Allan Legendre

 

Par une belle matinée d’été, Mégane était dehors, à son habitude, pour changer d’air, sur les conseils de son entraîneur. Elle faisait, chaque matin avant une course, le tour de la ville le plus rapidement, puis allait boire un coup pour se ressourcer.

Aujourd’hui, c’était le jour de la course la plus importante de sa vie, mais dans cette course concourrait Minnie, que l’on surnommait « la femme d’acier ». Cette dernière ne voulait à aucun prix que Mégane l’emporte. Mais la plus sérieuse concurrente était Mercedes, qui avait l’habitude de rouler des mécaniques pour impressionner les autres ; elle n’avait jamais été classée moins que deuxième.

Il était presque midi lorsque Mégane rentra. La course n’était plus que dans trois heures et Mégane n’était pas encore prête. Après s’être lavée et avoir revêtu sa tenue de course, Mégane partit pour Montpouce à quelque minutes de là. Arrivée en camion elle se fit déposer près des vestiaires et récupéra son numéro, le 10. En passant près des autres vestiaires , elle croisa Minnie en compagnie de Mercedes : «  Les pires ennemies réunies , se dit-elle, cela me parait bizarre. »

Mégane entra sur la piste arborant fièrement son numéro 10. A ce moment-là, elle regarda les tribunes, qui étaient bondées, elle sentit le stress l’envahir. "TROIS, DEUX, UN"… PAAAN !!! Le juge de course donna le départ avec un coup de feu et laissa la place aux commentateurs :

- Le départ des sept concurrentes, Jean-Pierre.

- Oui, Victor, avec dix tours et une seule gagnante.

- Avec le très bon départ de Minnie, portant le numéro 7. Mercédès, le 18, la suit de près.

- Elles sont suivies à peu de distance par Mégane ! Je pense que cette course va se jouer entre ces trois concurrentes, ces trois gros calibres.

- Oui, je le pense aussi, cela est possible.

- Mercedes passe en tête au dernier tour, suivie de très près par Mégane !

- Minnie est lâchée, on aura donc un combat entre Mégane et Mercedes.

- Mais le 10 , Mégane passe a l’extérieur... Mégane... Mercedes... Mais Mégane accélère et lâche Mercedes , elle remporte la course et devient la nouvelle championne du dix tours automobile !

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site